Temps fort

Festival de contes

Chaque année au mois d'Août la Maison Carrée de Nay vous invite au Festival de Contes, un week-end riche en rendez-vous, pour petits et grands.

Samedi 6 août :

A 10h et 11h : "Babaye", un conte africain
Compagnie A Cloche Pied (Haute-Garonne)
Sur réservation – Spectacle petite enfance (25 min)

Contes, comptines, manipulations, jeux de doigts, bruitages, chansons et berceuses d’Afrique mêlant français , dialectes africains et des instruments :
Guitare, balafon, tambour d’aisselle, tambour sabar…
Cocorico ! Cocorico ! « Maman, réveille-toi le coq a chanté !! ». Ce matin, Maman Fatou dort profondément.
Babaye prépare son petit déjeuner… mais la  galette de mil s’échappe…

A 16h : "Paroles tissées au fil du vent…", contes Tziganes
Compagnie A Cloche Pied
Jardin de la Maison de Retraite St Joseph 
Tout public à partir de 6 ans

Il était une fois trois frères… Non ! Ils étaient quatre ! Cela commence bien !…
Fils de roi, Roi tsigane…Que d’aventures, que de  rencontres :
Une poule pleine de poux, un voleur d’oignons, un gourmand de lune…Une sorcières assise sur….
Venez, venez! « Nous sommes des oiseaux de passage, Demain nous serons loin »

A 18h : "Kookabura", contes aborigènes
Compagnie les Arts Tigrés (Tarn) – Dominique Rousseau /Direction du jeu : Thierry Desdoits
Tout public, à partir de 4 ans

Voici des histoires de terre rouge et poussiéreuse, peuplée d’animaux improbables sous un soleil au zénith.
M’est avis que ces histoires de début du monde, où les animaux s’organisent pour vivre en harmonie, pourraient bien donner quelques idées aux petits humains.
Et puis il y a la contrebasse, qui vrombit-gémit-rit, et vient donner son avis tout en nuances au fil des péripéties. Et dans son ventre il y en a, des Kookaburras !
Il y une chauve-souris qui se prend pour un oiseau, un oiseau  qui rit dès le matin, une grenouille qui boit toute l’eau du pays et un kangourou  qui gigote de l’arrière-train.

Et peut-être aussi une vieille femme  qui mange  tout le monde. ça dépend des jours…

A 21h : "Broutches" 
Cie Laluberlu – Marion Lo Monaco (Ogeu)
Chant et contes Marion Lo Monaco, mise en scène Sylvie Delom.
A partir de 9 ans

Qu’est ce qu’une broutche ? Une broutche est une sorcière. Oui, mais encore. Cela n’explique pas tout.
Qui sont-elles ces femmes, ces guérisseuses, sage-femmes, chamanes, magiciennes ?
S’il n’y avait qu’une réponse, il y aurait toujours des bûchers.
Et il n’y aurait qu’un seul conte.

Il s’inscrit ici, en Béarn, où au 16e siècle on brûlait et on pendait encore ces femmes marginalisées.
Ce spectacle s’inscrit aussi dans une lignée, celle de ces femmes dont les histoires sont brodées les unes avec les autres, à travers les contes, à travers les âges.

Dimanche 7 août :

A 16h : "La souris qui parle deux langues et autres contes"
Marie Tomas (Pau)
Tout public, à partir de 4 ans

Le  petit garçon, « un nino », est espagnol et il a un sérieux souci : il ne parle pas la même langue que les gens du pays.
Il se sent bête ; on se moque de lui ; c’est dans les bras de ses parents qu’il trouve, dans un premier temps, du réconfort. Ceux-ci chantent, racontent à leur petit garçon, des histoires en français, en espagnol qui le font rire, l’apaisent : « La souris qui parle deux langues », « La grand-mère qui aimait faire la sieste », « Clémentina ». Et puis, au-delà de la barrière de la langue, l’enfant découvre le langage du coeur, celui qui rassemble et tout s’arrange.

A 18h : "Dans les bois"
Compagnie des Arts Tigrés (Tarn)
Dominique Rousseau et le duo Cirla/Trolonge
une voix, deux contrebasses, une clarinette basse
rdv à la Maison Carrée pour un promenade surprise 

Tout public à partir de 6 ans

Une exploration de notre relation au vivant à partir de mythes, contes, rêves et récits de peuples premiers.
Dans certains récits, la proie chassée est un beau-frère à respecter. Dans d’autres, de grands ancêtres sont passés par là et ont laissé des traces.
Deux chiens ont dessiné des pistes que l’on peut suivre encore.
Dans une improvisation musicale, quelque chose point à bas bruit, ça s’en sauvage et voilà que surgit, par la voix de la conteuse, l’ourse qui fait naître les nuages. Puis la musique grouille dans les graves, préparant la lointaine rencontre d’une femme et d’un oiseau.
Métamorphoses. Qui du son, du mot, du regard ou du silence est le jaguar?

Entrée 2 € / repli en salle (pluie, grosse chaleur) : réservation, places limitées