Quinzaine du film ibérique

Une nouvelle édition de la Quinzaine du film ibérique de Nay se tiendra du 16 au 29 Mars. Rendez-vous à la maison des services au public de Nay située 8 cours Pasteur. 
L'entrée est gratuite.

Samedi 16 Mars à 18h30 : 4 courts métrages pour l'ouverture de la Quinzaine. 
- Le drame rural "O" de Maria Monreal 
- La comédie "(R)ojo por (R)ojo" de Lucia Aparici Azanza
- Le Thriller "Mamä" de Maite Astiz et Ibon Landa
- Le documentaire «El vuelo de las libélulas” de Inaki Alforja 

Dimanche 17 Mars à 16h : film "Barrio" en version originale sous-titré en français (interdit - 13 ans).
Synopsis : A l’approche de l’été, trois copains habitant dans une triste cité de banlieue rêvent de nouveaux horizons pour échapper à leur quotidien. Difficile de quitter la cité et d’éviter les problèmes, difficile de grandir.

Mardi 19 Mars à 20h : film "Crimen Ferpecto" en version originale sous-titré en espagnol (interdit -18 ans)
Synopsis : Un vendeur séducteur et ambitieux d’un grand magasin tue par accident un collègue rival. Une des vendeuses est témoin de la scène et exerce sur lui un perfide chantage sexuel.

Mercredi 20 Mars à 14h : film d'animation "Tadeo Jones, la tabla esmeralda" en version originale sous-titré en espagnol
Synopsis : Tadeo rêve d’être reconnu comme un grand archéologue mais toutes ses tentatives pour être accepté par ses collègues échouent. Un jour en ouvrant un sarcophage, il libère une malédiction. Pour l’arrêter et sauver la momie, avec ses amis, il se lance dans des aventures qui le mèneront dans plusieurs pays.

Vendredi 22 Mars à 20h : film "Las Treces rosas" en version originale (interdit - 13ans)
Synopsis : A la fin de la Guerre civile d’Espagne (1936-1939), un tribunal militaire condamne à mort 13 jeunes femmes de 18 à 29 ans alors qu’elles sont innocentes. Victimes de la répression franquistes, elles sont fusillées à l’aube du 5 août 1939.

Samedi 23 Mars à 20h : film "Iberia" en version originale
Synopsis : A travers le flamenco, la danse espagnole, le ballet classique et la danse contemporaine, le cinéaste Carlos Saura rend hommage à l’œuvre du compositeur espagnol Isaac Albéniz et s'inspire essentiellement de sa suite pour piano « Iberia » (écrite de 1905 à1909) avec les danseurs Sara Baras, Antonio Canales, Marta Carrasco, Aida Gomes accompagnés par Enrique Morente musicien et sa fille Estrella, chanteuse
En différentes séquences musicales et dansées, sans aucun dialogue, le réalisateur met en scène des tableaux vivants où l'expression corporelle devient un langage à part entière. Ce mélange exceptionnel transforme le film en un chef-d’œuvre

Dimanche 24 Mars à 16h : film "Adu" en version originale sous-titré en espagnol (interdit -16 ans)
Synopsis : Le film montre trois histoires liées à l’immigration africaine vers l’Europe.
Un enfant entreprend un voyage éprouvant en tentant de fuir le Cameroun pour l’Europe, un père renoue avec sa fille et à des milliers de kilomètres plus au nord, à Melilla un garde civil est rongé par la culpabilité.

Mardi 26 Mars à 20h : film "Caotica Ana" en version originale sous-titré en espagnol (interdit -13 ans)
Synopsis : C’est le voyage d’Ana de ses 18 à 22 ans. Un compte à rebours, comme en hypnose de 10 à 0, à travers lequel Ana se rend vite compte qu’elle ne vit pas seule, que son existence semble être la suite d’autres vies de jeunes femmes, toutes mortes de façon tragique à 22 ans. Ces jeunes femmes habitent dans l’abîme de sa mémoire inconsciente.

Mercredi 27 Mars à 14h : film d'animation Tadeo Jones, la tabla esmeralda en version originale sous-titré en espagnol
Synopsis : Tadeo rêve d’être reconnu comme un grand archéologue mais toutes ses tentatives pour être accepté par ses collègues échouent. Un jour en ouvrant un sarcophage, il libère une malédiction. Pour l’arrêter et sauver la momie, avec ses amis, il se lance dans des aventures qui le mèneront dans plusieurs pays.

Vendredi 29 Mars à 20h : film "Tasio" en version originale
Synopsis : Ce film se base sur l’histoire de Tasio. Il vit au pied des montagnes d’Urbasa, au Pays Basque. A 14 ans, il devient charbonnier pour subvenir aux besoins de la famille. Ce film nous plonge dans la rudesse des conditions de vie, et révèle les convictions d’un homme libre inscrit dans son environnement familial et culturel.